Se connecter avec nous

Economie

COVID19 en Guinée: La Chine procède à l’annulation d’une dette de 23 millions de dollars 

Publié

sur

Le Gouvernement de la République populaire de Chine vient d’annuler une dette de la Guinée contractée en 2005.
La signature de l’Accord de Coopération Économique et Technique entre les deux Gouvernements a eu lieu ce jeudi au Ministère des Affaires Étrangères et des Guinéens de l’Étranger, « quelques semaines après une rencontre virtuelle du G20, portant sur un mécanisme d’allégement de la dette des pays » en voie de développement.
Une dette de 23 millions de dollars annulée par la Chine, mais pas seulement.
« Aujourd’hui, le Ministre Khalil et moi avons signé deux accords, consistant respectivement à annuler un prêt contracté par la Guinée en 2005 et à accorder une assistance non remboursable destinée à la réalisation de projets convenus par nos deux pays, pour aider la Guinée à atténuer l’impact de la crise sanitaire liée au Coronavirus et à Ebola sur l’économie guinéenne », a déclaré S.E.M. Huang WEI, Ambassadeur de la République populaire de Chine en Guinée.
Cette assistance s’élève à une valeur de près de 11 millions de dollars et « sera utilisée pour la réalisation de projets à impacts sociaux » a précisé S.E. Dr. Ibrahima Khalil KABA, qui a annoncé l’arrivée, de la Chine, d’une importante quantité de vaccins dans les jours à venir.
« Il est question aussi de vaccins contre la covid-19. Nous attendons 200 mille vaccins donnés par la République populaire de Chine. Et ces vaccins devraient arriver à Conakry le lundi 1er Mars dans l’après-midi. Nous remercions l’Ambassadeur pour les efforts qui ont été faits dans ce sens ».
Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Economie

Boffa : la fondation H20 de l’honorable Zeinab Camara offre 10 tricycles aux jeunes de la préfecture

Publié

sur

La cérémonie de remise a eu lieu au bloc administratif de la préfecture, ce lundi 08 mars 2021. Plusieurs élus locaux, cadres et sages de Boffa ont pris part à cet événement.
La donatrice s’inscrit dans une ambition de satisfaire les besoins et aspirations des jeunes de la préfecture de Boffa afin d’y apporter son appui pour la croissance locale et nationale.
Cet appui en engins roulant permettra aux bénéficiaires d’exercer des activités génératrices de revenu, selon la Présidente de la fondation H20.
Cependant, l’honorable Zeinab Camara précise que la remise de ces tricycles n’est pas un don, mais une mise à disposition moyennant un coût social déduit des revenus générés par l’activité qui sera exercée. Car autonomiser et émanciper, c’est aussi responsabiliser.
«De nombreuses femmes se distinguent dans notre préfecture de par leur talent, leur audace et leur abnégation pour pouvoir subvenir aux besoins de leur foyer. Elles doivent être mises au devant de la scène car elles jouent un rôle fondamental dans le développement socio-économique de notre préfecture. Je m’engage en tant que femme, citoyenne et leader politique à entreprendre des actions allant dans le sens de leur autonomisation et leur épanouissement », a déclaré madame Zeinab Camara.
« Je me suis également engagée à l’autonomisation et l’émancipation des jeunes de notre préfecture. Les jeunes sont l’avenir. Cependant, ils sont trop souvent marginalisés et exclus des emplois décents et des processus de prise de décisions. Et pourtant, ils ont non seulement droit à l’éducation, la formation et l’accès à un emploi stable mais aussi leur mot à dire dans les instances de décision. Les jeunes dans les zones rurales sont le futur de l’agriculture et des autres industries locales. Mais, il leur manque souvent l’orientation, l’accompagnement et le soutien nécessaires pour contribuer pleinement au développement de leurs communautés, entretenant ainsi le cercle vicieux des problèmes de développement local et de la pauvreté.
Le maire de la commune rurale de Tougnifily, une zone bénéficiaire s’est dit satisfait du geste de dame Zeinab Camara. « C’est un sentiment de fierté et surtout de satisfaction totale par rapport à l’acquisition de ces biens qui vont être de la plus value pour notre population, à l’occurrence des jeunes, des femmes qui ont tant besoin pour réaliser leur souhait en terme de déplacement. Par rapport à l’organisation, nous avons des structures déjà en place des femmes et des jeunes sur lesquels nous allons mettre à pied avec les techniciens de la commune pour qu’il y ait la recevabilité par rapport à cette relation soit rassurée », laisse entendre Fodé Moussa Bangoura.
« On est réuni ici, c’est par ce qu’il y a l’entente et par ce qu’on veut le développement de Boffa. Le dénominateur à nous tous, c’est le progrès de Boffa. La députée pouvait donner de l’argent en espèce à certains  jeunes, mais elle a dit non, il faut que ce soit pour tout Boffa. Donc nous devons réfléchir. Le bonheur est rentré à Boffa. Nous devons comprendre que ce n’est pas seulement la mine qui peut faire notre affaire. Notre députée nous a montrés l’exemple. J’invite les récipiendaires de l’utiliser à bon escient », dit le Colonel Abdouramane Keita, préfet de Boffa.
Cellule de Communication de la Fondation H2O
Continuer la lecture

Economie

Guinée : le ministère du budget dément l’augmentation des droits de douanes

Publié

sur

Il s’agit d’une rumeur sur une prétendue augmentation des droits de douanes, qui circule dans le pays. Au cours d’un pont de presse animé par le ministre du budget à cet effet, un démenti catégorique a été soulevé ce mercredi 10 février 2021.
« S’il doit y avoir l’augmentation de quel que droit que ce soit, on passe par l’assemblée. Et la loi des finances initiale de l’année de 2021, qui a été adoptée par les élus du peuple le 31 décembre 2020 et promulgué par monsieur le président de la République, nulle part il n’est fait cas d’une augmentation de quel que nature que ce soit de droit de douane. Il ne revient pas un ministre de la République, notamment le ministre du budget, il ne revient pas au directeur général des douanes et même le président de la République de décider d’augmenter des droits de douane», a dit Ismaël Dioubaté.
« Le guichet unique qui a été instauré en septembre 2019, qui a développé tous ses modules. Et ce sont ces modules là qui sont entrain de transformer aujourd’hui les mauvaises pratiques au niveau des dédouanements. La réalité, c’est que depuis fort longtemps, il y a deux factures de dédouanements. Une vraie facture et une fausse facture. Qu’est-ce que les importateurs font ? quand ils importent, on cache la vraie facture, on introduit dans les documents de dédouanements une facture Pro-forma qui diminue la facture initiale de près de 50% durant des années passées, le pays a vécu cette mauvaise habitude. Avec la mise en place de guichet unique, c’est cette pratique qui disparait. Nous avons des exemples. Il y a quelques jours, nous avons découvert sur une importation de cinq conteneurs portant sur un produit dont je vais taire le nom, la facture réelle est de 112 mille dollars ; la facture qui est délivrée par le fournisseur extérieur, pour une contre-valeur en francs guinéens au taux de la BCRG d’un milliard 127 millions. Alors que la facture qu’on a présenté à la douane est de 60 mille dollars. Vous comprenez aisément avec moi, 45% de la valeur de la facture réelle (…) c’est au dédouanement que les vérificateurs se sont rendu compte que la facture qui est sortie au niveau du guichet unique est différente de celle qui a été envoyée en tant que proforma au niveau du dédouanement. Et quand on fait les calculs sur une facture de 112 mille dollars, les droits de douane représentait 637 millions 345 mille et 022 francs. Sur la fausse facture qui a été transmise au niveau de la douane, si le dédouanement était fait sur cette facture, les droits de douane à payer serait de 346 507 343 mille francs guinéens. Il y a un manque à gagner pour l’Etat de 290 millions 839 679 franc sur la seule opération. Et ce sont des milliers d’opérations qui se passent avec ces écarts. Ça dépend de la taille des opérations », a-t-il.
« Le gouvernement par ma voix rassure les consommateurs, notamment tous les ménages, qu’il n’y a pas d’augmentation de dédouanement, il n’y aura pas d’augmentation de prix sur le marché, parce qu’il n’y a pas de droit de taxe nouveau. Mais seulement les fausses factures de dédouanement c’est ce qui prend fin. L’Etat rentrera dans ses dus correctement. Et nous attachons du prix à l’application stricte de ces instructions. J’ai donné des instructions fermes aux directeur général des douanes, au directeur général du guichet d’observer strictement ces applications. Tout contrevenant à cette instruction fera face à la loi dans toute sa rigueur », a expliqué le ministre.
Continuer la lecture

Economie

Guinée : le ministère du commerce régularise le prix de la farine et du pain

Publié

sur

La décision a été annoncée à teavers un arrêté lu à la télévision nationale le vendredi 15 janvier 2021.
Dans cet arrêté, le ministre du Commerce Boubacar Barry a fixé les nouveaux prix de la farine et du pain.
L’arrêté précise que le prix du sac de farine sortie d’usine est de 285 000 francs guinéens. Qu’il soit en boule ou en baguette, le prix du pain de 250 grammes quant à lui est fixé à 1750 francs guinéens à la boulangerie et à 2000 francs guinéens chez les détaillants.
Le prix du pain de 500 grammes, aussi en baguette ou en boule, est fixé à 3500 francs guinéens à la boulangerie et à 4 000 francs guinéens chez les détaillants.
La rédaction
Continuer la lecture

Economie

Coyah : plus de 65 tonnes de produits périmés détruits

Publié

sur

Le Ministère du Commerce à travers sa Direction Générale du contrôle de qualité a procédé ce samedi 09 janvier 2021 à la destruction de 65 tonnes de produits avariés et périmés. Essentiellement composés de produits alimentaires dont les boissons alcoolisées et non alcoolisée, le lait, du riz, des pommes de terre, des boites de tomates, des produits cosmétiques et d’autres produits non alimentaires comme des Pampers etc. C’est le Ministre du Commerce Architecte Boubacar BARRY en personne qui a présidé cette opération de destruction sur le site de Toguiron, un district  de Wonkifong dans la Préfecture de Coyah en présence des autorités administratives et de l’environnement.
Ces produits ont été saisis durant l’année 2020 dans le grand Conakry et stockés. « Chaque trois mois nous procédons à des missions d’inspections, de contrôle des points de vente, des unités de fabrique, des magasins, des entrepôts pour s’assurer qu’effectivement ces produits sont de bonne qualité, analysés et mis sur le marché pour la consommation. Comme vous le savez, notre mission est de sauvegarder la santé des populations » rappelle Mohamed Kadiatou Sylla, Directeur Général de l’Office national du contrôle de qualité.
Pour Ousmane Keita, Président de l’Union des Consommateurs de Guinée, cette opération a deux sens  « D’abord, c’est une alerte, un avertissement à tous ces opérateurs économiques véreux qui font rentrer frauduleusement ces produits périmés dans notre pays. Et le second sens, c’est l’effet pédagogique. En fait que les opérateurs sachent que maintenant ils ont où frappé lorsqu’ils découvrent la présence des produits périmés avec eux »,
Cette opération est le fruit des réformes engagées au sein de l’Office National du Contrôle de Qualité depuis quelques années par le Ministre Boubacar BARRY qui sensibilise les opérateurs économiques à travailler avec le Contrôle de Qualité au risque de subir la rigueur de la loi. « La procédure veut que chaque fois qu’ils constatent que des produits sont périmés dans leur stock, ils font une déclaration auprès de l’office qui procède à la saisie de ces produits, à leur analyse, la certification qu’ils sont effectivement périmés avant de passer à la destruction. C’est mieux que cet esprit civique puisse ramener chacun à jouer son rôle sur le marché, à défaut l’Office national du contrôle de qualité fera son travail et les opérateurs qui seront pris en flagrant délit de vente de produits périmés s’exposeront à des pénalités au niveau de leur activité conformément à la loi en vigueur ».
Il faut rappeler que ces mêmes opérations de destruction massives sont effectuées à l’intérieur du pays.
Avec la cellule de communication du ministère du Commerce
Continuer la lecture

Economie

Fermeture prolongée des frontières guinéennes: le GOHA menace de déclencher des manifestations

Publié

sur

DECLARATION
Au sujet de la fermeture prolongée des frontières guinéennes.
Depuis bientôt quatre mois, les frontières guinéennes avec le Sénégal, la Guinée Bissau, la Sierra Leone sont fermées par le gouvernement guinéen pour des raisons non fondées. Cette décision a eu pour conséquences, la perte des marchandises surtout celles périssables, notamment alimentaires.
Tout au long de ces frontières, des centaines de camions sont  stationnés de part et d’autre sans avoir une idée sur la fin de leur calvaire. Avec cette fermeture prolongée des frontières, Alpha Condé et son gouvernement mettent commerçants et transporteurs en danger et compromettent la situation des commerçants déjà précaire à cause de sa mauvaise politique.
En rappel, déjà en  2020, Alpha Condé avait fermé les frontières à deux reprises. A chaque fois, cette fermeture avait entrainé des pertes énormes au détriment des pauvres commerçants et transporteurs.
 Des marchandises qui pourrissent, des véhicules immobilisés et candidats aux pannes car restés sur place depuis près de quatre mois avec leur contenu. Aujourd’hui, cette fermeture explique en partie le manque de beaucoup de produits sur le marché guinéen, Alpha oubliant que la Guinée n’est pas le seul pays à exporter vers ses voisins.
A ce rythme, il risque de démarrer son 1er mandant de sa 4ème république sous le signe de la pauvreté provoquée au lieu de la prospérité partagée promise. De manière délibérée, Alpha Condé est en train d’appauvrir et d’affamer les guinéens.
Le GOHA attire l’attention de la CEDEAO, de l’Union Africaine, l’Union Européenne, les États Unis, l’ONU et tous les partenaires techniques et financiers de la Guinée sur cet état de fait. Le GOHA invite commerçants et transporteurs à protester vigoureusement avec les moyens légaux contre cette mesure du gouvernement guinéen.
Le GOHA leur demande de rester mobiliser, des consignes leur vont être données pour des manifestations dans les prochains jours.
Le 08 janvier 2021
Chérif Mohamed Abdallah Haïdara
 Président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)
Continuer la lecture

Tendance