Se connecter avec nous

Sante

Journée mondiale de la Population: la Guinée met un accent sur les vulnérabilités des femmes pendant la période de COVID-19

Publié

sur

Prévue pour le 11 juillet 2020, la Guinée célèbre ce mercredi 29 juillet, la Journée mondiale de la population en différé. L’occasion sera mise à profit par le ministère du Plan et du Développement économique en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), pour discuter sur la nécessité absolue de protéger la santé, les droits sexuels et reproductifs des filles et femmes tout en s’employant à éradiquer le fléau des violences basées sur le genre, les mutilations génitale féminines, surtout l’excision.
Le gouvernement guinéen et ses partenaires vont saisir également cette opportunité pour mettre un accent sur les vulnérabilités et les besoins des femmes et des filles en cette période difficile de COVID-19, a fait savoir Mohamed Sanoh, Directeur national de la population et du développement, au cours d’une conférence de presse animée par le ministère du Plan et ses partenaires, hier mardi.
Cette journée sera célébrée sous le thème “Stop COVID 19: comment protéger la santé et les droits des femmes et filles ? ». Selon les conférenciers, en dépit des progrès sensibles enregistrés en matière de la santé sexuelle et reproductive, la Guinée reste un pays où beaucoup reste à faire.
Selon les statistiques fournies par l’UNFPA, le taux de prévalence contraceptive est passé de 3% en 1992 à 11% en 2018.
Cependant, le Directeur national de la population et du développement précise que les besoins non satisfaits en matière de planification familiale est de 22%, contre une moyenne de 52% en Afrique. Le taux de mortalité maternelle, quant à lui, est passé de 926 en 1992 à 550 femmes pour 100 000 naissances vivantes en 2018 contre, moins de 100, prévus par la CIPD (Conférence Internationale pour la Population et le Développement).
«Le pays est toujours confronté à la recrudescence de plusieurs formes de violences basées sur le genre dont les viols, les mariages et des grossesses précoces. Il enregistre aussi un taux élevé de non-maintien des filles à l’école, sans oublier le fléau des mutilations génitales féminines, excision. En Guinée, les Mutilations Génitales Féminines sont d’une prévalence de 96% alors qu’une étude nationale menée en 2016, révèle que 83% des femmes de 15 à 64 ans ont subi une Violence basée sur le genre au cours de leur vie dont 29% de viols », ont fourni les conférenciers.
La pandémie de coronavirus a eu un  sérieux impact sur les femmes en République de Guinée, depuis le début de cetta maladie dans le pays, le 12 mars dernier.
«Les femmes représentent la majorité des agents de santé, en première ligne, devenant ainsi très exposées aux effets du coronavirus. Sur le plan socio-économique, elles travaillent dans des conditions difficiles et sont plus affectées par les impacts économiques de la pandémie. La fermeture des écoles associée aux besoins accrus des personnes âgées, a considérablement augmenté le travail de soins non rémunéré des femmes.”
C’est pourquoi, cette journée connaîtra aussi la remise de kits sanitaires aux ménages défavorisés, suivie des campagnes d’information et de sensibilisation des populations.
La rédaction 
Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Sante

N’zérékoré : L’OMS fait un important don aux autorités sanitaires

Publié

sur

Dans le but du renforcer les capacités de lutte contre la pandémie à virus Ebola, l’organisation mondiale de la Santé ( OMS) a offert 34 motos, un véhicule Toyota et des outils informatiques aux autorités sanitaires. La cérémonie de remise de ces équipements et matériels a eu lieu jeudi, à la direction régionale de la santé de N’zérékoré.

Le coût global de ce geste qui s’élève à 1.249.661.710 francs guinéens, est composée d’une salle aménagée et équipée pour servir de centre d’urgence de santé publique, l’aménagement de la salle de conférence de la direction régionale de la santé, un véhicule Toyota Hilux de deux cabines, un groupe électrogène de 66 KVA, et 34 motos de marques TVS.

«Ce geste de l’organisation mondiale de la santé vise à renforcer davantage l’exécution du plan national de riposte contre l’épidémie d’Ebola à travers l’accroissement des capacités opérationnelles de différents pilier de réponse», a déclaré Mory Keita, Incident Manager à l’OMS qui a réitéré la disponibilité de son organisation à continuer à soutenir les efforts de la Guinée pour l’amélioration de la santé.

Quant à Dr Adama Kaba, directeur régional de la santé, cet appui vient au point pour renforcer les efforts de lutte contre Ebola et d’autres pathologies.
Il a également mis l’occasion à profit pour remercier tous les partenaires impliqués dans la lutte contre Ebola.

«Cette logistique que l’OMS vient de mettre à notre disposition vient renforcer nos capacités opérationnelles parce que nous avons plusieurs activités à mener. D’abord, il y a les contacts qu’il faut suivre, dépister les cas suspects et sensibiliser les communautés. Tout cela demande des moyens. Avant, on avait des difficultés pour nous rendre dans les villages. Mais avec cette logistique, les équipes vont travailler sans problème. Au nom de l’ensemble des équipes de riposte et des travailleurs de la santé, on remercie l’OMS qui ne cesse de nous accompagner», s’est réjoui Dr Adama Kaba qui a promis l’utilisation rationnelle des outils.

Il faut souligner que ce don a été obtenu grâce à l’appui financier de l’USAID et des fonds de l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

Lamine Kaba

Continuer la lecture

Sante

COVID-19: la Guinée enregistre 21.000 cas positifs et 19600 guéris de nos jours (ANSS)

Publié

sur

Ces données sont fournies par le Directeur général adjoint de l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS). Le docteur Bouna Yattassaye a démontré que dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, la Guinée a tout de même connu des avancées significatives.

Il souligne que sur 365.000 personnes testées, 21.000 cas positifs ont été révélés et 19600 cas guéris.<< L’hypothèse de départ, selon laquelle, l’épidémie soit circonscrite à Conakry n’a pas tenu, on est presqu’à huit mois. Aujourd’hui toutes les préfectures de la Guinée ont enregistré des cas, sauf Beyla. Donc cette hypothèse n’a pas tenu mais Conakry reste quand même l’épicentre de l’épidémie avec 82% des cas », a-t-il fait savoir.

Poursuivant son intervention, Dr Bouna Yattasaye a ajouter que la préfecture la plus touchée reste Kindia. Mais il ajoute aussi c’est la commune de Ratoma qui est en tête de listes en terme de communes les plus touchées, suivie de la commune de Matoto, de Matam de Dixinn et de Kaloum, compte tenu de la maison centrale.

Toutefois, 144 cas de décès ont enregistrés et 45 428 personnes ont été vaccinées depuis le début de la campagne de vaccination.

 

Lamine Kaba

Continuer la lecture

Sante

Ebola: un responsable de l’ANSS annonce que la Guinée rentre dans la phase de pré-élimination de la fièvre

Publié

sur

Ladite phase de pré-élimination de la fièvre Ebola, est annoncée après la sortie du dernier patient guéri d’Ebola au centre de traitement à N’Zérékoré. Cette phase sera suivie d’une période de surveillance active de 42 jours d’observation, soit le double de la période d’incubation du virus.

Le chargé des études au département surveillance à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), l’a fait savoir hier mardi 27 avril 2021, dans un entretien accordé à BBC Afrique.

«Si au bout des 42 jours, aucun nouveau cas n’est signalé dans la zone d’épidémie ou ailleurs, les autorités sanitaires guinéennes en rapport avec l’Organisation mondiale de la Santé pourront déclarer la fin de la fièvre Ebola en Guinée. L’ANSS et les services techniques du ministère de la Santé mèneront une opération de surveillance sanitaire renforcée avec une stratégie visant à impliquer les populations à la base», a expliqué monsieur Sory Condé.

Il signale par ailleurs que l’implication des communautés dans les villages de la zone à épidémie permettra aux agents de santé de détecter le plus rapidement possible tout cas suspect ou probable d’Ebola.

Depuis sa réapparition, au total 16 cas de contamination liés à l’épidémie d’Ebola ont été notifiés en Guinée, notamment dans la région forestière.

 

Abdour.Camara

Continuer la lecture

Sante

Garcinia kola ou petit cola: une substance aux multiples vertus

Publié

sur

“Bitter cola” au Cameroun ou “petit cola”en Guinée, il s’agit de cette substance considéré depuis des siècles, comme une plante dont les fruits, les graines et l’écorce sont utilisés dans la médecine traditionnelle pour traiter certaines maladies comme la toux et la fièvre.

A en croire le docteur Alpha Oumar Diallo, médecin généraliste à l’hôpital “Mère et enfant de Kipé”, au delà de son usage traditionnel, ce fruit sec et amer est aujourd’hui consommé pour d’autres vertus.
«Le petit cola a des propriétés purgatives, anti-parasites et anti-microbiennes. Les graines sont utilisées contre la bronchite, les infections de la gorge, les coliques, les maux de tête, le rhume et la toux. Il est également utilisé pour lutter contre les troubles du foie ou comme un bâton à mâcher», a-t-il expliqué.

Zébal Traoré est un consommateur de petit cola. D’après lui, ceci a fait en sorte qu’il soit débarrassé de plusieurs maladies.

«Depuis que j’ai commencé à consommer le petit cola , cela a soigné plusieurs maux dans mon corps comme la constipation, la gastrique, en plus ça me donne beaucoup de puissances sexuelles», apprécie-t-il.

Malgré ces nombreuses vertus thérapeutiques, ce fruit semble n’est pas être valorisé par les autorités sanitaires du pays. Une chose que déplore Mawiatou Diallo, journaliste.

«Aujourd’hui, petit cola est valorisé dans certains pays européens et américains. Pour preuve, il entre même dans la fabrication du Coca-Cola qui est une boisson consommée à l’échelle internationale mais malheureusement, ici, en Afrique d’où il tire son origine, on ne le considère même pas.»

En dépit de son importance socio-économique, un constaté révèle que la culture de Garcinia cola est très limitée en Afrique.

 

Lamine Kaba

Continuer la lecture

Sante

Guinée: Le ministère de la santé dénonce des hospitalisations hors structures agréés

Publié

sur

Dans un communiqué rendu public ce mardi 27 avril 2021, à cet effet, le ministre de la santé a dévoilé le fait que certaines structures se livrent aux hospitalisations des malades de coronavirus, en dehors des structures agréées.

«Dans le cadre de la lutte contre la maladie à coronavirus, COVID-19, il est porté à la connaissance de toutes les structures publiques et privées que l’hospitalisation et la prise en charge des patients est gratuite et ne peut avoir lieu que dans les structures agréées à cet effet», a dénoncé le ministre en charge de la santé.

Il ajoute que «toute structure non habilitée, hospitalisant ou prenant en charge des patients de COVID19 agit en violation du Décret D/2020/071/PRG/SGG du 30 Mars 2020 portant Etat d’Urgence Sanitaire et en assume toutes les conséquences de droit.»

 

Abdour.Camara

Continuer la lecture

Tendance