Se connecter avec nous

Societe

Tribune : Non, mon cher frère Nanfo ! La prière en malinké est illégale et invalide !

Publié

sur

En effet je suis peiné par la témérité inexplicable de mon cher frère Nanfo Ismail Diaby, par rapport à son refus obstiné d’arrêter de prier et faire prier en langue malinké, malgré tant d’efforts intellectuels et moult débats contradictoires au cours desquels il lui a été montré suffisamment la faiblesse de ses arguments et la déficience de ses preuves!

Certainement je suis outré par son incapacité intellectuelle notoire et la naïveté de ses défenseurs de pouvoir faire la différence élémentaire entre une langue et ses traductions d’une part, et entre une langue et ses interprétations d’autre part.

Naturellement je suis très scandalisé par leur refus catégorique d’admettre que le saint Coran par définition est la parole de Dieu qui a été révélée au Prophète Mohammed, Paix et Salut sur Lui, par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, mot pour mot et lettre pour lettre.

Par conséquent le Coran est divin et sacré, intouchable, irremplaçable et inchangeable. Mieux, aucun livre ni aucune écriture ne pourrait l’égaler ou lui être comparé!

Oui, je suis consterné par l’amalgame fait par nos amis promoteurs et défenseurs de cette idée, qui s’obstinent à considérer les traductions et les interprétations du saint Coran comme le saint Coran lui-même, alors même que ces traductions et interprétations sont purement et simplement des œuvres humaines sujettes aux erreurs et aux fautes!

Autrement dit, elles ne sont ni divines ni sacrées. Conséquemment, elles sont changeables, touchables et remplaçables !!

Assurément je suis atterré par la méconnaissance de mon frère Nanfo et ses défenseurs que la récitation de la surat fatihah en langue arabe est un pilier obligatoire indispensable pour la validité de la prière.

Et pour cause, cette récitation est égale à s’agenouiller et à se prosterner. Tous font parties des 14 piliers vitaux et essentiels de la prière. En d’autres termes, réciter la traduction ou l’interprétation de la fatihah et d’autres verset du saint Coran rend la prière invalide et nulle pour défaut d’absence un pilier impérieux!

Indubitablement je suis très outragé par les bravades de Nanfo et de ses amis qui visent désespérément à légaliser la soi-disant prière dans la langue malinké tout en faisant référence à certains versets du saint Coran même, alors que le ce livre saint ne contient aucun verset dont il pourrait se prévaloir directement ou indirectement pour justifier leur fanfaronnade infondée!

Sûrement je me sens très las d’entendre sur tous les toits et dans les réseaux sociaux leur argument central qui tourne autour de la soi-disant absence d’interdiction directe ou indirecte de prier dans une autre langue dans le saint Coran.

Ces prétentieux sembleraient ignorer le principe juridique connu de tous les juristes qui voudrait qu’aucune dévotion ne serait légale et valide si elle n’a pas été dictée et autorisée par le saint Coran et la tradition du Prophète Muhammad, Paix et Salut sur Lui.

Ceci dit, c’est à eux، les demandeurs et prétentieux, de prouver qu’il existe des instructions dans le saint Coran et dans la tradition prophétique autorisant à prier dans une autre langue que la langue du saint Coran.

Cela est dû au fait que la légalité et la validité d’un acte ou d’une forme de dévotion devrait être établie par les textes et les jurisprudences. Donc prier en malinké ou dans une autre langue que la langue du Coran devrait être prouvé et justifié!

À cet égard les profanes accrochés à cette idée devraient pouvoir nous montrer les textes coraniques ou prophétiques qui autorisent explicitement la légalité de prier dans une autre langue que la langue du saint Coran!

Évidemment, j’ai été écœuré par les réactions inattendues et inadmissibles des hors-la-loi qui se sont permis de s’attaquer sauvagement et indignement à une maison de Dieu, ainsi qu’à la famille et au domicile de mon frère Nanfo!

Certes, cet acte ignoble revêt le caractère d’un extrémisme intolérable et d’un fanatisme dangereux qui méritent d’être condamnés et punis immédiatement et avec vigueur.

Et pour cause, personne n’a le droit dans un pays normal particulièrement un pays laïque de s’attaquer à un symbole religieux qui n’est autre que la maison du Seigneur.

Cette maison, en réalité, n’appartient pas ni à mon frère Nanfo ni à quelqu’un d’autre mais elle appartient à notre Créateur, le Maître de l’univers!

Aussi, la tranquillité et la sainteté de la famille de mon frère Nanfo et Cie et l’intégrité de leurs biens sont inviolables. À cet égard, toute agression ou attaque physique ou verbale devraient être sanctionnées par la loi de la République en vigueur.

Enfin, j’ai été très confus de voir le pouvoir public à travers Monsieur le préfet, s’immiscer et se charger personnellement d’interpeller publiquement un citoyen et Cie pour des faits qui ne relèvent point de sa compétence, en lieu et place des services compétents en la matière, à savoir la sécurité et la justice!

De ce qui précède, j’ose croire qu’il va falloir gérer cette problématique avec beaucoup de pondération, d’indulgence, de fermeté et de sérénité en vue de maintenir la cohésion et l’harmonie dans la cité et d’éviter la division et la désolation.

Des efforts intellectuels structurés et coordonnés devraient être faits pour démanteler scientifiquement et intellectuellement les soi-disant arguments et preuves prônés par les promoteurs et les défenseurs de la demarche en question.

Le pouvoir public à travers les départements en charge des affaires religieuses et de la sécurité devrait mettre en oeuvre des stratégies religieuses et sécuritaires appropriées devant assurer le maintien de l’ordre, de la stabilité, de la cohésion et d’éviter à la communauté musulmane toute forme de confusion et de déviation dans la pratique de la religion reconnue par les lois de la République.

Je ne saurais terminer cette autre tribune sans réitérer l’illégalité de la prière en malinké et dans toute autre langue que la langue du Coran. Je réitère également l’invalidité de toute prière faite dans une autre langue que la langue du Coran. En d’autres termes, prier en malinké ou en une autre langue que la langue du Coran est invalide, nul et de nul effet!

En conséquence, mon frère Nanfo et Cie devraient comprendre que les prières qu’ils font ne sont ni légales ni valides. Ils doivent se repentir et mettre fin à cette pratique illégale et invalide.

Puisse Le Seigneur guider mon frère Nanfo et Cie sur le droit chemin. Puisse Le Tout Puissant éclairer les esprits et les cœurs de promoteurs et de défenseurs de ce point de vue étrange et inavoué.

Professeur Koutoubou Moustapha SANO
PhD in Laws

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Societe

897 accidents, dont 99 personnes tuées et 793 blessées grièvement sur les routes guinéennes (Police)

Publié

sur

Par

Chaque année des dizaines de personnes meurent dans des accidents de circulation en Guinée. Pour ce premier trimestre 2021, 897 accidents, dont 99 personnes tuées et 793 blessées grièvement, ont été enregistrés par la police.

Ces chiffres qui font froid dans le dos ont été rendus publics, ce vendredi 07 mai 2021, au cours d’une conférence de presse de la direction générale de la police nationale.

“Accidents de circulation 897 accidents au cours du trimestre, nombre de personnes tuées 99, personnes grièvement blessées 793, déférés 74, dégâts matériels importants 194, dégâts matériels légers 240, véhicules fortement endommagés 332, véhicules légèrement endommagés 388, motos endommagées 649. A Conakry il a été enregistré 424 accidents dont 37 personnes tuées”.

Continuer la lecture

Societe

Kaloum : nouvelle mesure concernant la circulation des moto-taxis

Publié

sur

L’annonce a été faite par la direction nationale de la police nationale, à travers un communiqué en date de ce mercredi 05 mai 2021. Le courrier indique que cette réglementation entrera en vigueur dès ce jeudi 06 mai 2021.

Le communiqué ci-dessous :

La Direction Générale de la Police Nationale a constaté avec regret la circulation et la prolifération intempestive des moto-taxis et tricycles dans la Commune de Kaloum.

Cet état de fait contraire aux dispositions de l’arrêté A/2016/4064/MT/SGG/CAB du Ministère des Transports en date du 29 Août 2016 portant règlementation du transport par moto-taxi en République de Guinée, ne saurait être accepté pour quelques raisons que ce soit.

Par ailleurs, la Direction Générale de la Police Nationale invite les conducteurs de moto-taxis en général au respect des dispositions des articles 5, 7 et 13 dudit arrêté relatif à :

– Limmatriculation des moto-taxis en fond noir et écriture blanche,

– La délivrance de la carte d’autorisation de transport pour tout conducteur de moto-taxi ;

-La détention obligatoire d’un permis de conduire de la catégorie A1 ou A par tout conducteur de moto-taxi âgé d’au moins 18 ans.

A cet effet, la Direction Générale de la Police Nationale invite les conducteurs de moto-taxi et tout autre acteur impliqué dans la gestion de moto-taxis et tricycles au respect strict des présentes dispositions dont l’application ne souffrira désormais d’aucune entrave. Les contrevenants se verront leurs motos confisquées et gardées en fourrière jusqu’à nouvel ordre.

En conséquence, elle instruit la Direction Centrale de la Police Routière à l’application correcte sans aucune défaillance des présentes instructions dans le respect des droits et de la dignité humaine. Dès ce jeudi 06 mai, aucune circulation de moto-taxis ne sera autorisée dans la commune de Kaloum. La Direction Générale de la Police Nationale sait compter sur l’esprit civique des uns et les autres dans l’intérêt supérieur de la nation.

La Direction Générale de la Police Nationale

Continuer la lecture

Societe

Interdiction de prières nocturnes : un imam interpelle ses pairs

Publié

sur

Si la décision d’interdiction d’effectuer les prières nocturnes dans les mosquées est fortement critiquée par des fidèles, un imam que notre rédaction a rencontré, lui, parle d’une décision normale.

«Moi personnellement, je ne suis pas fâché contre cette décision. Les autorités nous ont permis de faire les autres prières dans les mosquées. Si vous voyez qu’ils ont pris cette décision, c’est parce que les gens ne respectent pas les mesures barrières par les autorités sanitaires. Nous qui sommes dans les mosquées, matin, midi, soir, nous obligeons les gens à porter les bavettes, à respecter la distanciation sociale, à se laver les mains mais hélas. La plupart d’entre eux n’obéissent pas à nos demandes», a expliqué Elhadj Naby Moussa Soumah, premier Imam de la mosquée Hadja Kadiatou Check Conté de Kountia.

«Il y a certains imams qui font toujours de trop dans les mosquées. Tu as l’impression qu’ils font le sabotage. Sinon l’utilisation des micros est interdite en cette période. Mais ils le font sciemment. En plus, ils crient dans les mosquées tard la nuit. Et pourtant, les autorités habitent dans les quartiers. Donc c’était prévisible que cette décision intervienne», a-t-il poursuit.

Lamine Kaba

Continuer la lecture

Societe

Environnement : «les agents doivent être armés et formés», estime Colonel Layaly Camara

Publié

sur

Les espèces forestières et animales constituent une couche importante dans la protection de l’écologie, selon les environnementalistes. Mais de nos jours, la dégradation de l’environnement à travers l’émission du gaz à effet de serre et les pratiques frauduleuses de nombreuses personnes, provoquent la disparition de certaines de ces espèces.

En Guinée, le parc du haut Niger par exemple, est l’un des trois parcs nationaux du pays. Il est confronté à cette pratique frauduleuse, d’après le directeur national de l’environnement et des eaux et forêts.

«Le parc national du haut Niger traverse une période un peu difficile. Depuis 2004-2005, le projet d’appui de l’union européenne a été estompé. Depuis cette interruption certaines activités qui étaient prévues n’ont pas pu être réalisées et c’est ce qui a favorisé l’envahissement du parc par les braconniers», a affirmé Colonel Layaly.

Plus loin, il ajoute que grâce à l’appui des partenaires, ce parc dispose de nos jours de moyens substantiels pour lutter contre ce phénomène. Cependant, cet officier de protection de l’environnement souligne aussi que l’utilisation efficiente de ces moyens à permis d’interpeller plusieurs contrevenants.

«A l’heure où nous sommes, nous avons pris et jugé 51 braconniers. Parmi eux , il y a deux ou trois dont le jugement n’est pas encore effectué. À Labé, il y a des personnes qui ont été prises avec de la viande d’une espèce en voie de disparition. A Siguiri, il y a d’autres qui ont été pris avec des têtes de charognards», a-t-il martelé.

En outre, le Colonel Layaly Camara affirme que pour la bonne exécution de la tâche qui est assigné aux agents des eaux et forêts, ces derniers doivent être armés pour se défendre contre les braconniers et formés en matière de lutte contre les feux de brousse. «Les agents doivent être armés et formés», a-t-il dit.

 

Lamine Kaba

Continuer la lecture

Societe

Interdiction de prières nocturnes: Aly Jamal Bangoura justifie la décision

Publié

sur

Le secrétariat général des affaires religieuses a annoncé l’interdiction des prières nocturnes à travers un communiqué rendu public, le lundi soir. Suite à cette décision, les fidèles musulmans ont démontré leurs mécontentements alors qu’ils voulaient mettre ce moment à profit pour implorer la grâce divine, disent-ils, afin que la pandémie de coronavirus soit éradiquée.

Le communiqué précise que les rassemblements effectués au cours de ces prières, présentent un risque lié aux contaminations de la maladie de coronavirus. D’où la nécessité d’interdire ces prières.

«Le prophète Mohamed ( Psl) n’a pas fait les prières là en groupe. Les prières collectives qu’il faisait c’était après la prière 20h. Il y a un Hadith qui dit, qu’avec les 10 derniers jours le prophète Mohamed (PSL) a dit qu’il se prépare conséquemment et il réveil sa famille et il fait les prières nocturnes à domicile mais pas à la mosquée . Donc les prières nocturnes c’est à la maison. Un autre Hadith souligne que les prières nocturnes sont valables à la maison et ce qui est obligatoire pour tout musulman c’est d’effectuer les cinq prières à la mosquée. En concertation avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire, on a jugé utile de sauvegarder la vie humaine. Parce que la vie d’un être humain est sacrée comme l’est une prière, le jeûne… C’est pour cela que notre département en concertation avec les autorités de notre pays avons décidé cela», a expliqué le secrétaire général des affaires religieuses.

Il ajoute par ailleurs que la prière surérogatoire, effectuée après 20heures, ne dure pas plusieurs heures. «Alors que les prières nocturnes durent de 0 Heure à 4heures du matin. La durée là est entre autre des facteurs de contamination du coronavirus», a-t-il fait savoir.

 

Abdour.Camara

Continuer la lecture

Tendance